Et si le le Longe Côte était une activité physique particulièrement adaptée en période de covid 19?

Préambule

Il ne s’agit ici en aucun cas de préconisations ou “directives” mais d’hypothèses, de scénarios et de données à confirmer afin de permettre la reprise de l’activité physique en milieu naturel dés que l’état le permettra.

  ATTENTION

Les risques liés à la pratique “hors pandémie” non seulement existent toujours mais seront accrus après cette période d’inactivité physique et d’envie exacerbée par ces semaines de privation.  

La pratique de l’activité seul(e) est plus que jamais à déconseiller. Un malaise, une perte de connaissance même très courte, un épuisement, un effort mal considéré ont dans l’eau des conséquences très graves.

Une mauvaise interprétation ou une méconnaissance des courants (même par temps calme), des bâches, de la configuration de la plage, des conditions météo peuvent avoir des conséquences très graves. Ces facteurs ne s’annulent pas, ils se combinent, se cumulent.  

Voir Document de rappel concernant les risques du Longe Cote : https://www.opalelongecote.fr/wp-content/uploads/2018/09/La-gestion-du-risque2019.pdf

Le Longe Cote, évolution en milieu marin:

Le longe cote  évolution en milieu marin est une activité physique et sportive de bien-être,(déplacements, marche, course dans l’eau, nage avec palmes (Rand’Eau)), individuelle ou d’équipe mais pour des raisons de sécurité toujours collective et encadrée.  

C’est un sport sans contact, avec distance minimale de 0,5m dans sa pratique en longe (en file indienne).   Des contacts entre les personnes peuvent avoir lieu dans certaines conditions ou pratiques:

  Conditions de contacts:

·               Dans l’accompagnement d’une personne craintive ou fragile ·               En cas de besoin d’assistance, fatigue ou chute dans une vague ·               En cas d’intervention de passage de bache ou récupération dans les courants

·               En cas de secours (malaise)  

Pratiques entraînant un contact

·               Aquaphilie

·               Longeball (pas à mettre en pratique en cette période)

·               Exercices de sauvetage

·               Jeux et exercices divers    

Pourquoi le Longe Côte serait une activité particulièrement adaptée en période de covid 19.  

1- Par le milieu de pratique. Le longe cote se pratique en milieu naturel aquatique naturel dans lequel, “à priori” le virus ne peut pas vivre dans l’eau, meurt? (Sous quelle durée)  

2- C’est un sport individuel dans la majorité des cas sans contact, qui impose des distances de pratique.  

3- Les pratiquants portent une tenue spécifique combinaison néoprène, des gants et des cagoules voire certains des lunettes de protection contre les projections d’écume.

En été le port de gants ou cagoule est bien sur déconseillé et sont ou peuvent être remplacés par des gants palmés , des casquettes et des lunettes de soleil.  

Chaque adhérent  dispose de son matériel personnel.

L’association peut mettre à disposition du matériel spécifique.

L’association prête le matériel aux pratiquants occasionnels et pour les baptêmes découverts. Quand du matériel est prêté (combinaisons, gants, chaussons) il est systématiquement passé après usage dans une solution bactéricides. (Est-elle efficace contre le covid 19)  

4- La pratique au sein d’Opale Longe Côte est systématiquement encadrée, ce qui est plus facile pour faire respecter et encourager les bonnes pratiques. Nos adhérents sont rompus à l’application de consignes de sécurité et à la bienveillance et sécurité croisée (chacun veille sur son voisin).  

5- La pratique habituelle d’évolution s’effectue en petits groupe 4 à 8 personnes dont un encadrant formé par l’association en charge de la sécurité du groupe.  

6- Tous les participants à une sortie sont inscrits nominativement.  

7- Le longe cote en milieu marin est particulièrement vivifiant, régénérant, les effets sont physiologiques, psychiques (relâchement, relaxation, lâcher prise) et bien sur sociaux.   Comment pouvons-nous imaginer la reprise de l’activité dans le contexte actuel.  

Phase 1: Comme aux premiers jours! (Opale Longe Côte berceau du longe cote)

·        Sans vestiaire, douches et sanitaires, “au cul de l’auto”

 ·        Longe cote et nage avec palmes. (pas d’aquaphilie, longeball, ou exercice ou jeux avec contact.

·               Activité réservée aux membres de l’association, pas de prêt de matériel néoprène. Chaque personne arrive équipée sur la plage.

·               Inscription préalable à une sortie vivement conseillée par internet (ordinateur ou smartphone), une personne non inscrite pourra se voir en cas d’absence de “place” dans un groupe refuser sa participation. A finaliser les modalités

·               Passage et confirmation inscription au point accueil où vous pourrez laisser vos clefs de voitures ou de velos, qui seront rangés dans une enveloppe ou un sachet individuel spécifique avec votre nom. Les enveloppes sont regroupées par groupe. ·       

        Rassemblement par groupe (10 maximum)  sur le sable pour le briefing de mise à l’eau et le regroupement par niveau.

o       Des  cercles de 20 m  de circonférences sont matérialisés sur le sable pour chaque groupe. Un emplacement est marqué sur le Cercle tous les deux mètres. La distance entre les cercles sur le sable (20m?).

Mise à l’eau avec décalage minimum du 2 min pour se garantir un espace suffisant entre les groupes.

o       Pour la pratique dans l’eau, on ne pratique pas en longe (inefficace avec 2m d’écart) mais en groupe avec 2m d’écart entre chaque participant. o       La distance de croisement entre les groupes dans l’eau:

o       Chaque groupe se met en file indienne avec une distance de 2m entre les participants. 

o       Les files se croisent à une distance minimale de 5m. Attention si présence de filet dans l’eau.

o       A la sortie de l’eau, chacun rejoint son cercle, le responsable de l’équipe va rechercher les clefs de chacun. Le débriefing est réalisé, les clefs sont restituées, chacun rejoint sa voiture ou son vélo.  

Les points restant à préciser:

Malgré toutes les précautions que nous pouvons imaginer mettre en place, le risque 0 n’existe pas, par exemple en cas de contact involontaire entre 2 personnes. (intervention d’assistance).

Il faut donc prévoir les procédures de santé et juridiques adéquates. o Tests de dépistage si contact? Confinement si contact en attendant résultat des tests? Appel médecin traitant ?

o Engagement d’acceptation du risque et dégagement de responsabilité de l’association et de ses cadres. Juridiquement valable ?

o Le masque pour l’activité est-il possible et efficace, conseillé, obligatoire? Il semble difficile de l’envisager pour des raisons respiratoires d’autant plus si le masque est mouillé.

Ce qui peut très bien fonctionner ce sont des écrans  qui protègent les yeux et les voies respiratoires. Quid ou trouver ce type de protection.

(Type de masques commandés et à tester par nos amis Bretons Du Guilvinec, merci Gaelle pour l’info et notre collaboration, impatients de vous revoir… )

o  Surveillance sur la plage ? équiper elle(s) d’écran afin de pouvoir recevoir éventuellement les personnes en détresse.  

Lors du dé-confinement, dés que l’accès à l’eau sera possible, nous serons nombreux dans l’eau sur l’eau, il est vraiment souhaitable de prévoir et d’organiser.

Les organismes sont en repos depuis 6 semaines maintenant, voir beaucoup plus à la reprise. Même avec un peu d’exercices physique durant le confinement, les organismes ne sont plus habitués à l’effort (muscle, cœur, souffle, …). Une reprise très modérée est incontournable. Malgré la rupture d’activité, “certain(es)” auront en tête l’état de forme et les performances qu’ils avaient avant le confinement et auront du mal à accepter la difficulté de la reprise « en douceur ».

Même les sportifs de haut (malgré un programme de maintien de forme durant le confinement) ont et auront une phase difficile avant de rattraper le fond. La reprise sera plus difficile qu’une simple reprise de saison sportive classique.

Nous souscrivons bien sur au concept de plage dynamique.

A bientôt dans l’eau.

“Contre les vagues à l’Âme, la différence, l’indifférence.”