Vendredi 16 Septembre 2016 – longe de 18h30

Condition de la Longe: Vent: s’ignorant Mer: ondulante et « vaguante ». Températures: ça descend sérieusement depuis hier mais cela reste sympa sur le sable et dans l’eau! Indice d’Aisance: sympathique pour démarrer un Week-end, ! Nombre de néoprènisés: un peu plus de 60 dont une poignet de baptêmes!

Alexandre Dumas a fait revivre son héros d’Artagnan en écrivant “Vingt ans après“. Je ne suis clairement pas d’Artagnan, je ressemble plus à Portos! De plus je n’ai pas attendu vingt années, mais une année! Ce qui a déjà été long, très long, trop long!  Après avoir épuisé toutes les bonnes mauvaises excuses et quelques difficultés, direction la base discrètement. Quoique pour la discrétion, c’est raté! Le longeur a de la mémoire, le longeur a du cœur, donc l’accueil a la chaleur de ces derniers jours!

Pour nous mettre dans les conditions de l’automne approchant, le ciel nous accueille sous des trombes d’eau. Alors que la mer plus indolente, nous verse et nous berce dans sa houle, une marée basse nous ouvre des longes agréables plus ou moins sportives. Rare sont les pécheurs qui osent poser leur canne ce soir. Sans Violence, mais déterminées, quelques vagues nous chahutent, nous submergent. Je n’avais pas oublié le gout de notre saumure dunkerquoise, j’en avais perdu la saveur indissociable de cet esprit particulier, propre au longe cote de Leffrinckoucke.

Pendant que les funambules aquaphiles oscillent sur le fil de la houle, le ciel plombé continue de déverser sans discontinuité sa mauvaise humeur, cinglant nos visages. Pourtant, notre bonne humeur ne se délave pas et ce n’est pas grâce à l’artifice d’un maquillage waterproof! La sortie s’achève sous une douche plus clémente que la météo. Un engourdissement agréable me saisit. En partant, le rendez-vous est lancé à la cantonade “A Mercredaille“. Oh oui, sans faute! un bonheur qui se réécrit. BTh