Courants et marées à Dunkerque.

Le Longe Côte est né à Dunkerque en 1987, notre association en est le berceau, le promoteur et ce n’est pas un hasard…

Les Dunkerquois sont un peu fou, notre spot est particulièrement adapté à la pratique même si nous constatons au fil des années (13 ans de pratique, plus de 130 000 mises à l’eau) que les conditions se durcissent, création de bâches, modification de la configuration de la plage.

Une pratique sereine du longe cote, particulièrement quand les conditions sont difficiles exige une parfaite connaissance du terrain.

Vous trouverez ci-dessous une analyse des courants par un membre de notre association en 2009. Pilote du port de Dunkerque et à la SNSM.

Merci Manu.

Petits rappels qui parleront particulièrement à nos audacieux qui ont affronté Ciera, Dennis et l’inconnue du j23/02/2020, 3 semaines de tempêtes.

Résumé des notions de base concernant les marées et courants à Dunkerque.

Le but n’est pas de faire un “cours” exhaustif mais de donner les éléments qui intéressent le longeur et un peu plus pour ceux que la curiosité titille.

Définitions :

Pas moyen d’y échapper ! Pour parler la même langue, il faut comprendre les termes utilisés, des plus simples aux plus flous.

Pleine mer, marée haute, plein : lorsque la mer a fini de monter

Basse mer, marée basse, “bas de l’eau” : lorsque la mer a fini de descendre

Marnage : différence de hauteur d’eau entre une pleine mer et une basse mer consécutives.

Coefficient de marée : correspond à l’intensité de la marée. Compris entre 20 et 120, une marée dite “moyenne” a un coefficient de 70. Plus le coefficient est fort, plus le marnage augmente et inversement. Vives eaux ou grandes marées : coeff > 70. Mortes eaux ou petites marées : coeff < 70

Courants : mouvements d’eau liés aux différences de hauteur d’eau entre la manche et la mer du nord. Ici, le flot porte à l’est, le jusant porte à l’ouest.

Etales : il est nécessaire de distinguer 2 types d’étale :

– les étales de niveau à pleine mer ou basse mer : la hauteur d’eau ne varie plus.

– les étales de courant : entre flot et jusant, il n’y a plus de courant, c’est la renverse.

A Dunkerque :

Généralités : La marée résulte de la combinaison de 2 ondulations de l’onde de marée venant de l’Atlantique Nord : l’une issue de la Manche, l’autre ayant contourné l’Ecosse. L’étranglement du Pas de Calais influe sur la progression de l’onde de marée.

Observations sur les courants :

Ils sont à peu près alternatifs ouest – est près de la cote, parallèles à celle-ci. La période de flot est plus courte que le jusant. Cette différence de durée s’accentue en Vive Eau Le courant est maximal au voisinage de la pleine mer (flot) et de la basse mer (jusant) Les étales de courant sont en général et approximativement :

– Etale jusant – flot : 2h30 avant la pleine mer de Dunkerque.

– Etale flot – jusant : 3h00 après la pleine mer

Résumé pratique pour le longeur :

Pleine mer : on part vers les jetées du port

Basse mer : on part vers la Belgique

Influence de la météo

La direction du vent influe fortement sur les marées et les courants.

En régime dépressionnaire (le plus courant à Dunkerque), les vents sont orientés de secteur ouest. Cela induit :

– un courant de flot qui s’amorcera très vite (pas d’étale de fin de jusant) et qui atteindra très rapidement 80 % de sa force

– une force maximale à pleine mer supérieure à la moyenne – après le plein, une étale de courant beaucoup plus longue

– en morte eau, presque pas de jusant

– une surcote pouvant dépasser 1 mètre en cas de fort vent d’ouest établi

En régime anticyclonique, les vents sont de secteur est, nord-est le plus souvent. D’où :

– des courants de jusant renforcés

– une modification des étales : début de flot plus tardif, étale de fin de flot inexistante.

– Une décote qui peut être importante

Souvenir: Lien vers l’article source sur notre ancien site http://opale.longecote.fr/articles.php?lng=fr&pg=432